Publié le 25 Août, 2016 dans Commerce | Commentaires fermés sur Impression 3D et matériaux plastiques

Impression 3D et matériaux plastiques

Si la fabrication additive s’est pendant longtemps cantonnée aux traditionnelles plastiques PLA et ABS, cette technologie est aujourd’hui compatible avec une large gamme de consommable. Avant de vouloir imprimer avec son imprimante 3D, il est important de choisir le procédé correspondant aux matières plastiques à imprimer en 3D. Le choix du matériau sera fonction : de l’application finale, de la complexité la pièce et de la quantité à produire. On peut distinguer trois grandes famille de plastiques : les thermoplastiques, les thermodurcisables et les photopolymères. Les matériaux thermoplastiques pour imprimer en 3D Les thermosplastiques sont aujourd’hui les polymères les plus utilisés notamment pour l’injection, l’extrusion ou le moulage. Cette catégorie de plastique a la particularité de pouvoir être ramolli de manière répété par chauffage ou durci par refroidissement. Les plastiques les plus couramment employé en impression tridimensionnelle sont l’ABS (acrylonitrile butadiène styrène), l’Acétal que l’on appel aussi Delrin, le Nylon, le polyéthylène, le PLA (acide polylactique), le PVC (clorure de polyvinyle) et enfin le Polypropylène.

 

plastique

 

Les matières thermodurcisables

Généralement plus solides que les thermoplastiques, les consommables thermodurcisables correspondent aux plastiques qui sont durcis de manière irréversible sans pouvoir par la suite être ramollis. Une fois la pièce imprimée, la forme reste donc permanente. Les principaux procédés de solidification sont l’irradiation et la réaction chimique. Dans cette famille de plastiques, citons par exemple l’Epoxy, la Bakélite, la Mélamine ou encore le caoutchouc silicone.

Les photopolymères

Ces plastiques ont la particularité de se durcir lorsqu’ils sont exposés à la lumière UV. Le procédé d’impression 3D le plus utilisé est le SLA, technique également appelé aussi stéréolithographie. A chaque couche de matière photopolymères déposée, le laser UV durcit celle-ci puis l’opération est répétée jusqu’à l’obtention de la pièce finale. Le modèle plus connu est l’imprimante 3D Form2 de Formlabs. Les photopolymères sont généralement plus fragiles et plus instables que les autres plastiques, notamment quand ils sont exposés à l’humidité par exemple ou au soleil.