Publié le 29 Sep, 2017 dans Sport | Commentaires fermés sur Quels sports pratiquer en cas d’hémorroïdes ?

Quels sports pratiquer en cas d’hémorroïdes ?

Avoir des hémorroïdes n’est pas une mince affaire. On le sait tous, ce trouble est assez gênant. Pour ceux qui ne comprennent pas ce que c’est, en voici un petit aperçu sans jargon médical pour avoir une petite idée dessus.

hémorroïdes

Les hémorroïdes sont en fait des veines qui se trouvent autour de l’anus à l’intérieur comme à l’extérieur. Elles servent à irriguer cette partie du corps. il arrive qu’elles enflent et s’enflamment. C’est donc une inflammation des veines hémorroïdaires qu’on appelle des hémorroïdes ou crise hémorroïdaire.

Les causes sont multiples. On reconnait principalement la mauvaise hygiène de vie, des problèmes circulatoires, les irritations… Il en existe deux types à savoir les hémorroïdes internes et les hémorroïdes externes. Vous pouvez en savoir plus en consultant le guide hemoroidetraitement.com.

Le problème que posent ces hémorroïdes est justement les signes ou symptômes qui les accompagnent. On en relève la douleur, les démangeaisons, la sensation de brûlure, l’irritation, les picotements… Tous ces symptômes peuvent rendre la vie du patient vraiment insupportable. Et encore, on ne parle que des formes basiques.

douleur hémorroïdes

Les hémorroïdes peuvent se compliquer si on ne prend aucune mesure pour les traiter. On peut en effet, avoir droit à ce qu’on appelle la thrombose hémorroïdaire, les saignements… la liste est bien longue.

Pour minimiser un peu le risque de les avoir et surtout guérir assez vite, il est très recommandé de perdre du poids. Sauf que, on le sait tous, un régime alimentaire à lui seul ne suffit pas. Toutefois, certains prétendent que le sport est mauvais pour les hémorroïdes. Alors…

Le sport bon ou mauvais ?

La réponse peut être les deux.

D’un côté on sait que les hémorroïdes n’aiment pas la sueur. Cette dernière est source de germes et on peut compliquer encore plus la guérison. Du coup, le sport devient une très mauvaise idée. D’autant plus qu’on a parfois tellement mal et tellement peur d’avoir une crise si on exerce beaucoup de pression sur la marge anale qu’on finit par se dire que le sport n’est pas bon.

De l’autre côté, si les hémorroïdes sont là, c’est justement parce que le sang stagne à cause d’un manque d’élasticité des veines et muscles autour. Alors, il faut bien muscler cette partie et ça ne peut se faire qu’avec du sport. De plus, il est quasi-impossible de perdre du poids sans bouger.

sport

Alors, la vraie question n’est pas si le sport est bon ou mauvais, mais quel type de sport pratiquer. Il faut l’avouer, on ne peut pratiquer tous les sports quand on est à risque d’avoir des hémorroïdes ou quand on est en pleine crise. Beaucoup d’athlètes de haut niveau ont dû laisser tomber leurs activités et changer de vocation à cause de ça, spécialement ceux qui font de la musculation ou du poids.

Sachez que théoriquement, en dehors de la crise, vous pouvez pratiquer n’importe quel sport et faire attention au régime alimentaire, aux changements d’hormones et à son hygiène. Par contre, pendant la crise ou après, en voici quelques sport que vous pouvez pratiquer.

La marche

marche balade

Si vous croyez que la marche n’est pas un sport, vous vous trompez royalement. C’est bien un sport. Et, c’est le meilleur sport que vous pouvez pratiquer. Ça ne demande aucun appareil, vêtement spécial ou endroit. On peut le pratiquer n’importe où et n’importe quand, sauf en avion.

Ce qui est intéressant avec la marche, c’est que ça ne fait pas suer et ça ne fatigue pas. De plus, la douleur est assez supportable avec la marche. Et puis, ça muscle en douceur et ça fait perdre du poids.

Les étirements

étirements

Ceci est forcément un sport qu’on ne peut pas pratiquer quand on a mal. Pourtant, les étirements sont la meilleure chose à faire pour augmenter l’élasticité du rectum et améliorer le tonus musculaire. En faisant plus d’étirements, on rend les veines plus souples et plus extensibles. Ainsi, on a moins de risque d’avoir une thrombose.

Les meilleurs étirements à faire quand on souffre d’hémorroïdes ou quand on est à risque, sont les squats. C’est ce qui travaille le plus la partie anale et ses muscles. Toutefois, c’est à éviter quand on souffre d’une crise parce que ça augmente la pression dessus et non seulement ça fait mal, mais ça peut déclencher une rupture des veines et un saignement abondant.

danserLa dance

La dance est le meilleur moyen d’oublier son mal. En effet, non seulement ce sport participe à améliorer l’humeur et donc à la guérison mais aussi fait travailler le corps sans qu’on le ressente. Regardez les danseurs et vous verrez que c’est bel et bien un sport.

On vous invite toutefois à choisir des danses qui ne sont pas intenses pour éviter de suer et d’avoir mal. Il faut y aller en douceur pendant une crise hémorroïdaire et faire attention aux veines qui risquent la rupture avec un mouvement trop brusque.

Une variante très intéressante qui regroupe la dance et l’aérobic, est la zumba. Ce sport nouveau-né, fait travailler énormément le corps, le muscle, fait perdre du poids et surtout est une bonne méthode de défoulement. Ainsi, on peut laisser échapper un peu de la frustration engendrée par la crise qui semble interminable sur le coup.

Le yoga

étirements yoga

C’est le sport le plus conseillé en cas d’hémorroïdes. En fait, le yoga a été utilisé pour apaiser naturellement et sans aucune plante les douleurs. Le corps se trouve apaisé et on peut agir uniquement par l’esprit pour évacuer la douleur et toute autre sensation inconfortable.

De plus, le yoga aide à étirer les muscles et à rendre le corps plus souple. C’est donc aussi une autre méthode d’étirements. Vous pouvez faire ça tous les jours et faire du yoga pour débutant, avec un rythme plus doux pendant la crise sans que ça n’engendre des douleurs supplémentaires ou que ça ne réveille les sensations désagréables.

Vous pouvez maintenant voir qu’il est possible de faire du sport même pendant une crise hémorroïdaire. Sachez que rester assis à ne rien faire et devenir sédentaire parce qu’on a peur d’avoir mal est l’attitude à proscrire. C’est un cercle vicieux. Plus on a mal,  plus on devient sédentaire et plus les choses empirent. Il faut supporter la douleur un petit moment et prendre son mal en patience pour avoir de vrais résultats. Et, comme on dit, on finit par s’habituer à la douleur et petit à petit on elle diminue en intensité.

Quels sports pratiquer en cas d’hémorroïdes ?
5 - 1 vote